Le bénéfice du doute #2 : ralentissez s’il vous plait !

Depuis les nouvelles technologies, les avions, les TGV, notre monde tourne à 10 000 à l’heure. Jusqu’à ce que même le temps de repas devienne une question de timing : il faut savoir y dédier vingt minutes, pas moins. Nos ancêtres étaient capables de rester quatre heures attablés. Apparemment, cinq minutes de sandwich triangle ingurgité en marchant jusqu’à son prochain rendez-vous n’est pas favorable à un mode de vie sain. Tiens donc. On mange du préparé, du prémâché pour faire croire qu’on est débordé. On n’a donc plus le temps de se nourrir, de se reposer, ni même de réellement s’amuser. De toute façon, reconnaître ses congénères pour partager ne serait-ce qu’un instant avec eux est bien trop demander.

Le monde va tellement vite que 10 km/h de moins sur les routes propage l’indignation. Les limitations ne sont plus acceptées. Il nous faut profiter de chaque instant, si on pouvait faire un bénéfice de notre temps ce serait béni. Pourtant, rouler à 80 km/h ne fait perdre que environ quatre minutes, sur un trajet de 100 km, en comparaison aux précédents 90 km/h. À quel point sommes- nous stressés pour réellement se soucier de quatre minutes ?

Dans certains pays en développement, des enfant de six ans et même moins font quatre heures de marche hebdomadaire rien que pour se rendre à l’école. Notre vie à tellement été simplifiée depuis tant d’années que la moindre contrariété fait râler. Ou peut-être n’est-ce que notre nationalité française qui nous rend révolutionnaires et râleurs face à quelques « non, tu ne peux pas ».

Sourds aux arguments, nous ne souhaitons pas prendre en compte près de 400 vies sauvées par an. Nous sommes des enfants rois vexés et en colère de n’avoir pas eu notre parfum de glace préféré pendant nos vacances dans la villa de St Tropez.

On se permet de péter dans la soie de la rapidité, de l’instantané.

Pourtant, la rapidité est-elle si enviable ? Ne nous apporte-elle pas que crises cardiaques, stress chronique et, comme tout ce qui nous entoure, le cancer ? Le luxe ne serait-t-il pas de pouvoir être plus lent ? Pouvoir agencer sa journée en fonction du fuseau horaire souhaité ?

Même arrivé le retraite, nous sommes les personnes les plus occupées du monde. Pourtant c’est le moment de souffler sans s’essouffler, de se reposer d’une vie de travail, de stress et de courses à la montre. C’est pourtant les premiers que nous entendons râler : « il n’y avait même pas de ceinture à l’époque ! » et moi de penser : « sache que tu as de la chance d’en témoigner ».

À cette époque, il y avait quasiment 17 000 victimes sur les routes (1) , il y en a cinq fois moins aujourd’hui. Les français s’ étaient outragés de tant de mesures dites inutiles.

La terre fait un tour sur elle-même en 365 jours ¼. Ils nous faut quelques centièmes de secondes pour faire la même chose. Le bio mimétisme devrait nous inciter à ralentir notre rythme pour un petit slow cadencé.

Pour compenser, rouler à 80 km/h semble un bon premier pas.


(1) http://www.securite-routiere.gouv.fr/medias/espace-presse/publications-presse/1972-2012-les-francais-et-la-securite-routiere-40-annees-de-route-com
Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s