La #LoveArmy au secours des Rohingyas

Depuis Octobre 2016, les Rohingyas subissent de fortes répressions de la part de l’armée Birmane, l’ONU allant même jusqu’à qualifier cette répression de « nettoyage ethnique ». Viols, tortures et massacres sont le quotidien de ce peuple depuis plusieurs mois, les obligeant à fuir vers le Bengladesh dans des camps de réfugiés où ils seraient désormais plus d’un million selon les dernières informations.

Qui sont-ils et pourquoi sont-ils persécutés ?

Les Rohingyas représentent une minorité ethnique et musulmane se situant principalement au sud-ouest de la Birmanie dans l’Etat d’Arakan, État composé en majorité de Birmans de confession Bouddhiste. Victimes de rejet et de répression depuis 1962 par la majorité birmane qui les considère comme des Bangladeshis et non pas des Birmans, ils ont plusieurs fois été amené à fuir le pays à l’aide de passeurs.

Or, depuis octobre 2016, la situation semble s’être empirée. Usés par les diverses persécutions qu’ils subissent depuis tant d’années, des groupes armés composés de Rohingyas se créent et attaquent des postes de frontière de l’armée Birmane, entraînant une réaction quasi immédiate de celle-ci. Ce que l’on peut aisément qualifier de « crimes de guerre » ou d’épuration ethnique sont commis contre les civils Rohingyas par l’armée Birmane : viols, meurtres, habitations détruites pour empêcher le retour des populations poussent alors cette minorité à fuir vers le Bengladesh.

On estime aujourd’hui à environ un million le nombre de Rohingyas ayant trouvés refuge au Bengladesh, survivant actuellement dans des conditions de vies particulièrement insalubres, avec une aide humanitaire internationale quasiment inexistante de la part des plus grandes ONG et un silence de la part des États.

bangladesh

Quelles réactions à l’international ? 

Le 11 septembre dernier, le Haut-Commissaire aux Droits de l’Homme à l’ONU, Zeid Ra’ad Al Hussein a fortement dénoncé les répressions Birmane envers les Rohingyas, n’entraînant cependant aucunes actions à l’international.

On peut aisément blâmer le manque de soutien de l’international et des médias sur la situation des Rohingyas. En effet, le Pape François actuellement en visite en Birmanie ne s’est pas encore exprimé sur la situation, mais échangera avec les Rohingyas le 1er décembre, plus de 3 mois après la fuite massive de cette minorité musulmane.

Par ailleurs, la situation semble étonnante quand on sait que le parti de l’ex prisonnière politique de l’ancien régime dictatorial, Aung San Suu Kyi, est au pouvoir.

En effet depuis 2015, le parti LND (Ligue Nationale pour la Démocratie) détient la majorité parlementaire et travaille à donner plus de libertés au peuple Birman qui avait, les années précédentes, connu une forte répression militaire de la part de l’ancien dirigeant. Aung San Suu Kyi quant à elle est Conseillère Spéciale de l’Etat et porte-parole du gouvernement mais surtout, Prix Nobel de la Paix de 1991 pour son engagement contre le régime dictatorial Birman.

Il semble ainsi particulièrement déplorable qu’un membre (voir dirigeante du pays, étant donné qu’elle a placé un de ses plus proches partisans, Htin Kyaw au pouvoir et que les décisions passent principalement par elle étant Conseillère Spéciale) aussi important du gouvernement d’un parti luttant pour la paix et la démocratie n’ait pas stoppé bien plus tôt la répression envers les Rohingyas.

Cependant, suite à l’apparition de la situation sur la scène internationale elle s’est engagée ce mardi 28 novembre lors de la visite du Pape à protéger les droits et promouvoir la tolérance pour « tous ». Et cela 3 mois après l’intensification des persécutions.

Il reste à voir cependant si cette déclaration sera suivie d’actions véritables de la part du gouvernement Birman et de la part de la communauté internationale, afin d’aider les Rohingyas à retourner chez eux sans qu’ils ne subissent de répressions de la part des Birmans et pour qu’ils reçoivent l’aide humanitaire qui leur ait nécessaire.

Vu la lenteur de l’action internationale -ou l’inaction-, des personnalités se sont mobilisées pour aider les Rohingyas : la Love Army.

bangladesh2

La Love Army au secours des Rohingyas

Sans réelle réaction à l’échelle internationale que ce soit de la part des diverses ONG ou même des États, des personnalités françaises et internationales ont décidé de s’unir afin de récolter des fonds pour venir en aide à ces réfugiés.

La Love Army est le nom qu’a donné Jérôme Jarre, un ex-« vineur » français principalement connu aux États-Unis, à une campagne internet tout d’abord destinée à lutter contre la famine en Somalie : #LoveArmyForSomalia. Cette première campagne internet consistait à mobiliser une majorité d’influenceurs internationaux et leur communauté passant de Casey Neistat à Norman Thavaud, pour alerter sur la situation de ce pays Africain et ainsi récolter des fonds pour une association locale chargée de redistribuer des réserves d’eau et de nourriture.

Aujourd’hui, c’est pour les Rohingyas que la #LoveArmy revient en force. De nombreux Youtubeurs français ou internationaux et même l’acteur Omar Sy soutiennent ou sont présents directement avec les Rohingyas dans les camps de réfugiés pour leur apporter leur aide et encore une fois, alerter la population mondiale sur l’épuration ethnique qui est entrain de se dérouler.

Omar Sy a d’ailleurs diffusé une vidéo sur Twitter parlant de la situation catastrophique : 1 million de Rohingyas auraient trouvé refuge dans un camps de réfugiés au Bengladesh, faisant de ce camp le plus grand au monde.

D’autres personnalités sont aussi présentes au Bengladesh pour mettre la lumière sur la situation : Sébastien Frit, Le Grand JD, DJ Snake, John Rachid ou encore Mister V.

Pour se faire, à partir du 28 novembre à 7h00, un livestream de 48h sera lancé pour donner la parole aux Rohingyas, parler de leurs besoins et surtout, alerter la communauté internationale sur la situation afin que les Chefs d’États et les ONG agissent pour aider cette communauté. Les différents influenceurs qui soutiennent l’initiative demandent ainsi l’aide financière des grandes entreprises : récemment, la #LoveArmy avait réussi à mobiliser Google qui a fait don de 500 000 dollars pour aider le Mexique à la suite des tremblements de terre qui ont touché le pays.

Différents hashtags ont donc été lancé : #YoutubeHelpsRohingyas, #LoveArmyForRohingyas ainsi que des mentions sur Twitter à certains chefs d’États comme Justin Trudeau, Emmanuel Macron ou encore Recep Tayyip Erdogan.

Une cagnotte a elle aussi été ouverte sur Go Fund Me et a pour l’heure déjà récolté plus de 25 000 dollars.

Malgré elle, cette situation met en lumière plusieurs choses : d’une part l’inaction internationale pour des pays qui semblent lointains mais aussi la force d’internet et des communautés d’influenceurs.

Ce n’est pas la première fois qu’internet se mobilise pour une cause via les réseaux sociaux comme les actions de la #LoveArmy par le passé nous l’ont montré. Les critiques que la #LoveArmy a pu subir lors de sa première action au Somalie ont permis de corriger les erreurs qu’elle a pu faire. Elle a ainsi pu gagner une stature plus légitime dans son action humanitaire. Aujourd’hui, les diverses campagnes lancées par Jérôme Jarre ont pour but de mettre en lumière une situation grave afin de capter l’attention internationale pour ensuite, recevoir une aide financière qui permettra d’aider les associations locales dans leurs actions.

La force mobilisatrice d’internet et de ses influenceurs n’est aujourd’hui plus à décrédibiliser ou à moquer quand on voit les miracles qu’elle peut faire. On espère fortement que la #LoveArmy aura un impact suffisamment important pour venir en aide aux Rohingyas.


Demain Lucien soutient fortement l’initiative et appelle au partage des différents hashtags pour mettre en avant la situation.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s