Nouvelle-Calédonie : un pas vers l’indépendance ?

Au moment même où L’Espagne se déchire sur la question de l’indépendance catalane, d’autres États ayant un désir similaire indépendance sont aujourd’hui ciblés par l’actualité internationale. C’est le cas de la Nouvelle-Calédonie, à laquelle nous allons nous intéresser.

Cet archipel d’Océanie situé dans l’Océan Pacifique a un statut de collectivité territoriale de la République Française ayant pour chef-lieu Nouméa, avec près de 100.000 habitants. Si ce lieu paradisiaque, unique en son genre, nous donne en lisant cet article une envie de voyager, la Nouvelle-Calédonie est pourtant bel et bien au cœur de l’actualité politique.

En outre, ce jeudi 2 novembre 2017, le gouvernement calédonien a conclu à l’organisation en novembre 2018 d’un référendum d’autodétermination. En droit constitutionnel, un référendum d’autodétermination consiste à un vote organisé auprès de la population d’un État afin qu’il puisse donner un avis sur le statut à proscrire pour ce dernier. Pour les calédoniens, il s’agirait ici de statuer en faveur ou non de l’indépendance de leur archipel face à la métropole. Ce jeudi 2 novembre a donc été trouvé au terme de 9 heures de discussions, un accord entre les parties de la Nouvelle-Calédonie et le gouvernement français. Avant d’aboutir à cet « accord politique » entre les représentants de Nouméa et le Premier Ministre, Edouard Philippe, un long processus d’évènements est nécessaire
d’expliquer afin de comprendre la situation actuelle de l’archipel.

En 1988, 19 Kanaks, population autochtone mélanésienne de la Nouvelle-Calédonie, sont tués dans la grotte d’Ouvéa dans laquelle ils étaient retenus par des gendarmes. Deux de ces gendarmes seront également tués. En réponse à cette crise, le 26 juin 1988 sont ratifiés les accords de Matignon qui seront suivis par un référendum en France le 6 novembre de la même année. Ce référendum prévoit un scrutin d’autodétermination dans les dix ans à venir sur le statut de la Nouvelle-Calédonie. Le référendum du 6 novembre 1988 qui s’est déroulé en France et Nouvelle-Calédonie portait sur la question suivante : « Approuvez-vous le projet de loi soumis au peuple français par le Président de la République et portant dispositions statutaires et préparatoires à l’autodétermination de la Nouvelle-Calédonie ? » ; et a obtenu une majorité absolue à hauteur de 80% de « oui ».

En cela, le 5 mai 1898 sont signés les accords de Nouméa grâce au premier ministre Lionel Jospin permettant une délégation de compétences par la métropole à la Nouvelle-Calédonie. Les autorités calédoniennes se voient ainsi transférer certaines compétences dans de nombreux domaines comme la création d’un conseil économique et social au rôle consultatif. Ces accords sont ratifiés à la suite d’un référendum organisé la même année en Nouvelle-Calédonie, où le « oui » l’a largement emporté avec 71,85% des voix.
Depuis ces accords, une véritable citoyenneté calédonienne a émergé dans ce territoire qui était, au XIXème siècle, une possession coloniale française.

Si le processus d’autodétermination est long, depuis jeudi 2 novembre, les pourparlers ont pris un nouveau tournant. En effet, le gouvernement français s’est clairement engagé dans le processus d’autodétermination mais de nombreuses questions sur le déroulement de ce référendum fin novembre restent pour l’instant sans réponses : des questions qui se portent notamment sur la forme générale prise par ce référendum. Le traitement des Kanaks pourrait ainsi être différencié par rapport aux autres habitants. Si des discussions sont encore nécessaires, il convient de ne pas faire l’erreur de voir un lien entre la Nouvelle-Calédonie et la situation catalane dans la mesure où le gouvernement français accompagne les autorités calédoniennes.

Finalement, la France est face à un nouvelle demande indépendance 40 ans après celui Djibouti devenu en 1977 une République. Cet éclairage dominical nécessite ainsi une attention plus particulière dans les mois à venir.

Photo : © Jacques Demarthon/AFP

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s