L’infortune du gouvernement britannique continue

Le malheur continu de s’abattre sur la nation britannique. Le mauvais œil chasse les membres du gouvernement par des démissions en cascade dans un contexte de politique intérieure et extérieure mouvementé.

Dès le premier jour du mois de novembre, Michael Fallon, ministre de la défense, démissionne. Cette renonciation fait suite à sa mise en cause dans le scandale de harcèlements sexuels qui menace plusieurs membres de la classe politique britannique. En effet, il ne serait pas le seul impliqué et les révélations toucheraient le vice-premier ministre Damian Green mais aussi Mark Garnier, secrétaire d’Etat au commerce international.

neil-cooper-276082

Le 8 Novembre, juste une semaine après la première démission, c’est au tour de Priti Patel. La secrétaire d’Etat au développement international s’est permis de rencontrer des personnalités politiques Israéliennes sans en informer quiconque. Un manque total de transparence qui lui a valu une convocation au 10 Downing Street et sa démission.

À cela s’ajoute les rumeurs à propos de Boris Johnson qui fermerait la marche. Le chef de la diplomatie aurait tenu des propos préjudiciables à Nazanin Zaghari-Ratcliffe, une journaliste irano-britannique risquant plus de cinq ans de prison car accusée de « tentative de déstabilisation du gouvernement » iranien.

Ces gaffes amènent The Guardian à traiter les membres du gouvernement d’« indisciplinés » et d’« incompétents », remarques cinglantes de la part du quotidien de centre-gauche sur des hommes et femmes qui n’en sont pourtant pas à leur premier mandat politique.

Tout cela se déroule durant des négociations de longue haleine avec l’Union Européenne à propos du Brexit. Ce jeudi 9 et vendredi 10 Novembre, l’État séparatiste assistait au sixième cycle de négociation avec la Commission Européenne concernant trois thématiques principales : le règlement financier du Brexit, le sort des expatriés européens et anglais dans l’Union et les conséquences que cette séparation aura sur l’Irlande. Les décisions sont reportées au 14 et au 15 Décembre.

aron-van-de-pol-218042

La Première ministre du Royaume-Uni, Theresa May, se retrouve donc dans une très mauvaise posture, accumulant les difficultés. Le sort s’acharne depuis juin 2017 où elle était déjà ressortie affaiblie des élections législatives qu’elle avait elle-même commandité. Elle se retrouve incapable de tenir une cohésion et une discipline au sein de son cabinet au moment où elle en a le plus besoin. L’opinion publique s’y met également avec un retournement de situation concernant la divorce de l’Angleterre et l’Union Européenne. À ce jour, 64% des anglais considèrent que les négociations sont mal dirigées par la première ministre, et  53% regrettent le « Out » du 24 juin 2016.

Ce mauvais alignement des astres n’accorde que peu de marge de manœuvre des britanniques avec Bruxelles qui souhaiterait débattre avec un « partenaire de négociation fort ».

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s