« Le sens de la fête » : retour à la comédie collégiale

Eric Toledano et Olivier Nakache (Intouchables, Samba, Nos jours heureux, …) reviennent à leur début avec une comédie collégiale au casting exemplaire. On y retrouve ainsi Jean-Pierre Bacri dont la sincérité du jeu s’approprie celle du personnage : wedding planner à la tête d’une petite entreprise, il est parfois maladroit mais se bat pour que tout fonctionne correctement, sans que les autres ne le remarquent. Hésitant à vendre cette société qu’il supporte de moins en moins, il doit gérer également des problèmes privés : il n’assume pas sa relation avec sa maitresse, incarnée par Suzanne Clément, qui finit par tout faire pour le rendre jaloux.

Les autres membres de l’équipe forment un joyeux bordel et en deviennent tous très atypiques, sans tomber dans une réelle caricature : Gilles Lellouche est un chauffeur de salle un peu raté qui s’imagine en grand showman, Jean-Paul Rouve est un photographe blacklisté du milieu, préférant travailler à l’argentique et détestant les nouvelles technologies, Vincent Macaigne et Alban Ivanov sont des loosers, pas dépressif mais pas heureux, qui ne trouvent pas leur place dans la société, Eye Haidera, bras droit de Jean-Pierre Bacri et future repreneuse de l’entreprise, est pleine de vie mais parfois agressive et vulgaire.

179676.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Et cette équipe, bourrée de défauts mais pleine de bienveillance, doit supporter le pire des maris, interprété par Benjamin Laverhne : égocentrique, narcissique, paranaoïque, méprisant et même pas drôle. La mise-en-scène permanente de lui-même en vient même à saouler sa propre famille, un peu coincée mais pas méchante.

Le film adopte la même mécanique du début à la fin : des vannes, presque des sketchs, sous fond de bourdes et d’engueulades. Pas un moment de calme, pas un moment de paix. L’happy ending final est prévisible, mais le scénario réussi et le casting brillant garantissent un bon niveau global. La dynamique imposée par Eric Toledano et Olivier Nakache pose les bases d’un film devant lequel on ne s’ennuie pas, mais peut, à la longue, parraître un peu lourde.

141462.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Le duo de choc de réalisateurs pose à nouveau ses yeux sur une bande de bons acteurs et capture des instants de vie quotidienne avec succès.

Note : 3,5/5


Photos : ©Thibault GRABHERR 2017 QUAD+TEN / TEN FILMS / GAUMONT / TF1 FILMS PRODUCTION / PANACHE PRODUCTIONS / LA COMPAGNIE CINEMATOGRAPHIQUE
Publicités

3 réflexions sur “« Le sens de la fête » : retour à la comédie collégiale

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s