Tribune : 59 depuis le 1er janvier 2017

Le 1er aout 2003, l’actrice Marie Trintignant décède sous les coups de son amant, Bertrand Cantat, ex-leader du groupe Noir Désir. En 2007, après quatre années passées en prison sur les huit prévues par la justice, il est libéré. Depuis, il tente en vain de retrouver une place sur la scène française.

Aujourd’hui en promotion, le magazine Les Inrockuptibles lui offre royalement la Une de son numéro du 10 octobre. Pour accompagner la couverture, l’hebdomadaire publie une longue interview où le meurtrier de Marie Trintignant explique ses états d’âme depuis sa sortie de prison, le tout sur fond de publicité pour la sortie de son prochain album. Ainsi, Les Inrocks racole dans les kiosques depuis mercredi avec une indécence abasourdissante.

Le magazine est bien habitué aux articles non-conventionnels et anticonformistes pour contenter leur recherche absolue de buzz dans le but de vendre. Seulement cette semaine, Les Inrocks sont-ils allés trop loin ?

Rappelons qu’en 2016, en France, ce sont 123 femmes qui sont décédées sous les coups de leurs maris, conjoints, amants ou ex. Elles sont 59 depuis le 1er janvier 2017. Les violences faites aux femmes et plus généralement la lutte féministe est aujourd’hui au centre des attentions. Mais Les Inrocks, en choisissant cette Une, semble avoir omis ces sujets de société capitaux lors de leur réunion de rédaction. Pas de chance pour un hebdomadaire qui s’est tout de même vendu à 36 124 exemplaires en 2016. Une honte pour un magazine d’une telle portée.

Car le problème est bien là : un homme ayant assassiné à coups de poing sa compagne mérite-t-il un tel coup de projecteur pour lui permettre de vendre son travail ? Et est-il bien décent de s’intéresser sur ses états d’âmes et ses problèmes de sommeil ?

Il ne semble pas que Les Inrocks ait dédié une couverture pour rendre hommage aux 182 femmes décédées sous les coups de leurs compagnons depuis 2016 ; et encore moins un  témoignage de proches de ces femmes afin de comprendre comment faire face à de telles atrocités.

En décidant de placer dans la lumière Bertrand Cantat, Les Inrockuptibles semble avoir choisit de lever leur majeur au combat mené contre les violences faites aux femmes. Du moins, c’est le message qu’ils envoient à toutes les personnes touchées directement ou indirectement par cette cause. En atteste la mobilisation des internautes qui n’hésitent pas à exprimer leur indignation sur les réseaux sociaux.

En conséquence de cette Une scandaleuse, beaucoup d’actrices, proches de Marie Trintignant, ont souhaité réagir sur les réseaux sociaux. Elles ont publié des photos de leur défunte amie accompagnées de messages à l’encontre des Inrocks. Parmi elles Marina Hands, Mélanie Thierry et Sandrine Kiberlain ; Emmanuelle Devos a quant à elle été jusqu’à proposer une couverture dédiée à Marie Trintignant sur le prochain magazine Elle. Une belle initiative qui mériterait d’être prise.

Publicités

Une réflexion sur “Tribune : 59 depuis le 1er janvier 2017

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s