De l’influence de David Bowie sur la destinée des jeunes filles

Paul, personnage principal du livre, nous dévoile sa vie à travers ses quelques lignes.

Né d’un père inconnu et élevé par une mère lesbienne, il nous raconte tout sur sa belle et atypique famille.

9782226399137-j.jpg

Au masculin comme au féminin, il est ce que l’on appelle androgyne, aimant être un homme puis une femme, tout en étant hétérosexuel.

Mais un mal le taraude. Doit-il, oui ou non, assumer qui il est et ce qu’il est aux yeux de ceux qui l’entourent ?

Un livre qui peut paraître un peu enfantin, mais qui dégage en réalité un mal commun de notre société : l’identité. Qui nous sommes et à quel groupe social nous appartenons.

Le personnage nous plonge dans les méandres d’une société où le dictons « les apparences sont parfois trompeuses » a un sens incontestable, tant dans l’identité du personnage que dans la quête final du livre, en lien avec le titre de ce dernier.

Un roman tout en fantaisie et en puissance, où, petit à petit, le nom de l’ouvrage prend tout son sens.

Jean-Michel Guenassia nous détourne au grès des apparences et nous fait goûter aux charmes de l’incertitude.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s