« 120 battements par minute » : l’indispensable film de Robin Campillo

« Moi dans la vie, je suis « séropo », c’est tout. » 

Avec 120 battements par minute, Robin Campillo signe un film émouvant et indispensable. Il retrace le parcours des militants d’Act Up, une association « issue de la communauté homosexuelle, veillant à défendre toutes les populations touchées par le sida« .

Au début des années 1990, encore méconnu ou remplit de clichés, le sida touche de plus en plus de monde. Les militants d’Act Up, pour la plupart séropositifs, décident de se battre ensemble pour faire connaître et sensibiliser les gens face à cette maladie qui se répand.

Ce combat livré avec vigueur, le dernier pour certains, est également politique. Les militants se retrouvent face à un gouvernement, celui de François Mitterand à l’époque, qui n’agit pas ou peu contre la maladie. Ils multiplient alors les actions chocs, notamment contre les laboratoires qui freinent les recherches pour des raisons économiques en se cachant derrière de fausses excuses.

120_bpmceline_nieszawer_photo8

Ancien militant lui-même, Robin Campillo (Les Revenants, Planétarium, Entre les murs) s’entoure d’un jeune casting remplit d’honnêteté : Nahuel Perez Biscayart (Grand Central), Arnaud Valois, Adèle Haenel (Les combattants, Suzanne), ou encore Antoine Reinartz.

L’esthétisme du film suit les émotions des acteurs au pas et renforce leurs sentiments : il est violent lorsqu’il s’agit de marquer les esprits, sombre lorsque la maladie emporte les vivants ou les derniers instants , éclatant lorsqu’il ne s’agit plus que de profiter de la vie.

120bpm-c-celine-nieszawer-tt-width-1600-height-1067-fill-0-crop-0-bgcolor-eeeeee

Après plus de deux heures de film, le silence est la seule réponse à ces déchirements. Comme l’a lui-même précisé le réalisateur, 120 battements par minute n’est pas qu’un hommage à ceux qui sont morts, mais également à ceux qui vivent encore et se battent.

Robin Campillo et la jeune génération d’acteurs embarqués dans cette aventure nous offrent une oeuvre importante, grave et indispensable.

 

Note : 4/5.

Publicités

4 réflexions sur “« 120 battements par minute » : l’indispensable film de Robin Campillo

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s