Interview : Guillaume Melanie, fondateur d’Urgence Tchétchénie

Souhaitant parler de la situation en Tchétchénie, pays dans lequel les homosexuels sont actuellement persécutés, nous avons contacté le mouvement Urgence Tchétchénie. Nous avons pu discuter avec son fondateur, Guillaume Melanie. Auteur, scénariste, metteur en scène et comédien de profession, il consacre actuellement le plus gros de son temps à Urgence Tchétchénie. De la naissance de ce mouvement à la situation tchétchène, en passant par les moyens d’actions déployés et évoquant notre sentiment d’impuissance face à cette horreur, il a accepté de répondre à nos questions afin de faire état des circonstances et de mieux comprendre les enjeux.

Au moment où vos lecteurs liront cette phrase, il y a plusieurs jeunes hommes tchétchènes qui sont en train de se faire taper sur le visage, de se faire casser des dents, menottés, jetés nus dans une cave

Julien Durovray : Nous sommes à des milliers de kilomètres de la Tchétchénie et on ne pourra pas changer la mentalité du chef de l’État. Qu’est-ce-qu’un citoyen lambda peut faire concrètement ?

Guillaume Melanie : C’est vrai, nous sommes à des milliers de kilomètres, mais seulement 3 000 finalement. En vérité, on n’est pas très loin, c’est là où je veux en venir.

À notre niveau qu’est-ce qu’on peut faire ? Effectivement, nous ne sommes ni ministre des affaires étrangères, ni Président de la République, ni ambassadeur français à Moscou. On peut se dire qu’on ne peut rien faire et c’est bien normal. Je ne jette pas la pierre à ceux qui ne savent pas comment agir Moi-même, je n’en avais aucune idée, mais je me suis dit qu’il faut que tout le monde sache !

J’étais tranquillement en train de regarder The Voice, pour une fois que j’avais une soirée de libre et j’étais en même temps sur les réseaux sociaux, comme on le fait souvent maintenant. À ce moment là, je tombe sur une énième pétition qui dénonce le drame qui se trame en Tchétchénie : l’emprisonnement d’homosexuels, des humiliations, des massacres, même des assassinats ! Je me rends compte que j’ai déjà signé ces pétitions il y a plusieurs semaines et rien n’est remonté. Au moment des révélations par le journal indépendant russe Novaïa Gazeta, je pensais qu’il y aurait des mobilisations et que la communauté internationale allait réagir. Finalement : rien !

J’ai parlé avec mes contacts sur Messenger et je me suis rendu compte que même mes eux n’étaient pas réellement au courant de la situation. Ils avaient vu passer ces articles mais pensaient que c’était des Fake News ou des articles de sites comme le Gorafi. Il faut dire que des camps de concentration en 2017, on a du mal à y croire !

On sait qu’il y a de la violence partout, des guerres partout, des pays dans lesquels on est emprisonnés parce qu’on est gay, des pays où on est condamnés à mort lorsqu’on est gay mais là c’est encore un raisonnement différent. C’est des camps dans lesquels on entasse des gens parce qu’ils sont homosexuels.

Kadyrov (le président Tchétchène, ndlr) est au pouvoir depuis huit ans. Aujourd’hui on commence à mettre les homosexuels dans des camps, ce qui est déjà horrible en soit et mérite d’intervenir, mais demain qu’est-ce-que ça sera ?  Qu’est-ce-que cela présage ? Ce sont des techniques moyenâgeuses ! Pour se défendre, un bras droit de Kadyrov a déclaré que l’homophobie n’existait pas en Tchétchénie puisque l’homosexualité n’existe pas. C’est dire la mentalité de ces gens.

C’est drôle que les gens soient plus passionnés par le conflit que par l’engagement ou la solidarité

J.D : Qu’est ce qu’une mobilisation de l’opinion public changerait ?

G.M : Je trouve ça dingue qu’on n’agisse pas. Ça a tellement de résonance avec ce qu’on a vécu dans le passé, avec ce que nos grands-parents ont vécu… Et on laisse faire ! On dirait que je fais du sensationnalisme mais pas du tout !

Je trouve ça hallucinant que ça soit moi, du haut de mes 39 balais qui sois obligé de réagir, de monter ce mouvement et d’appeler mes potes comédiens et mes copines actrices pour qu’il y ait un coup de projecteur sur le mouvement. C’est dingue que ça doive partir de moi ! Là on est en train de gérer les visas, les hébergements provisoires, on s’occupe de tout.
J’ai la chance d’être un peu tranquille niveau boulot en ce moment, je viens de terminer l’écriture de deux pièces, du coup je peux vraiment consacrer du temps au mouvement.

Il y a d’autres associations qui se bougent pas mal : SOS homophobie, Stop homophobie…etc. Je n’arrive pas non plus comme un miraculé. Les associations sont dans des démarches très procédurières comme déposer des plaintes auprès de la Cour Pénale Internationale.

Je regardais encore un reportage l’autre fois dans lequel un jeune homme témoignait et racontait qu’ils leur infligeaient des décharges électriques, que certains perdent leurs doigts, que les doigts explosent car c’est par là que sort le courant. On est dans une barbarie totale ! Au moment où vos lecteurs liront cette phrase, il y a plusieurs jeunes hommes tchétchènes qui sont en train de se faire taper sur le visage, de se faire casser des dents, brûler avec des cigarettes, menottés, jetés nus dans une cave…voilà. C’est pour cette raison que c’est urgent !

Quand on appelle tous les médias, ils nous répondent qu’on tombe mal parce qu’il y a une activité politique très dense. On tombe mal et on ne veut pas parler de nous. Il n’y a que chez Cyril Hanouna qu’on peut en parler car il a fait une boulette il y a quelques jours.

Tout le monde le traite de « connard » et je ne le défends pas. Je condamne fermement son canular et il le sait très bien. Je l’ai eu hier soir au téléphone après l’intervention d’Alexandre Marcel (Porte-parole de Stop Homophobiendlr) dans TPMP. Alexandre et moi pensons la même chose sur ce sujet : ça ne sert à rien de faire la guerre à Hanouna 24h/24 ! C’était très bien de condamner, très bien de signaler au CSA. Maintenant, il est conscient qu’il a fait une connerie, il me l’a dit hier.

Si j’avais pu avoir autant de place médiatique, autant de likes et autant de partages sur le sort de ces pauvres homosexuels en Tchétchénie qu’en ont eu ceux qui traitent Hanouna de tous les noms et qui appellent à la mort de son émission, on s’en porterait mieux et on aurait eu de la visibilité sur toute la toile. C’est drôle que les gens soient plus passionnés par le conflit que par l’engagement ou la solidarité. C’est dommage, tout simplement.

À côté de ça, je ne veux pas être négatif car ce n’est pas la politique du mouvement civil et citoyen que j’ai créé. Je suis convaincu que la pédagogie marche toujours beaucoup mieux.

J.D : Qu’attendez-vous de la plainte déposée devant la Cour Pénale Internationale par trois associations LGBT ?

G.M : Plus grand chose… Effectivement, trois associations LGBT françaises ont déposé une plainte devant la Cour Pénale Internationale, ce qui oblige la communauté internationale à ouvrir une enquête.

L’enquête est menée par la fédération internationale russe… dirigée par Monsieur Poutine ! C’est donc la fédération de Russie qui doit ouvrir une enquête afin de vérifier la véracité des dires et des dénonciations… C’est le serpent qui se mort la queue ! Comment voulez-vous que Poutine, dont on doute de l’objectivité sur ce sujet, puisse mener à bien cette enquête ? Comment voulez-vous qu’on puisse croire à cette enquête, sachant que Kadyrov est le protégé de Poutine ?

Il fallait déposer cette plainte mais ce n’est pas à monsieur Poutine de superviser l’enquête.

J.D : La Russie a demandé le retrait de sa signature de la Cour pénale internationale en novembre 2016. La sortie sera effective un an après, soit en novembre prochain. La plainte ne pourra donc pas aboutir après cette date…

G.M : Vous m’apprenez quelque chose, je ne savais pas. Mais je suis surtout furieux parce que nous recevons Poutine à Paris le 29 mai et il ne vient pas pour une discussion diplomatique ou politique mais pour visiter une exposition. C’est une blague ?! Il vient Tranquille inaugurer une exposition. Monsieur Macron doit être ferme et réagir à cela. Il a beaucoup de responsabilités à endosser en ce moment mais il faut au moins qu’il envoie son ministre des affaires étrangères et qu’il avance dans les étapes. Nous devons avancer sur ce sujet.

L’acharnement contre Hanouna ne mène à rien. Ça m’énerve qu’on en parle autant alors qu’il y a tellement plus important

J.D : Au début, le Canada proposait l’asile mais aucune demande n’était faite car les homosexuels se dénonçaient aux-même à ce moment. Maintenant la Lituanie en accorde, comment cela est-il possible ?

G.M : Le Canada avait accordé des visas d’urgence il y a une dizaines de jours mais apparemment aucune demande n’avait été faite.
Dans un premier temps, ils sont obligé de partir en Russie où c’est quand même un poil moins tendu qu’en Tchétchénie, dans la mesure où il n’y a ni les prisons, ni les camps de concentration. Il y a même une petite communauté LGBT qui arrive à survivre et c’est avec des associations qu’ils arrivent à faire ces demandes de visas. Il faut attendre qu’elles arrivent peu à peu.

J.D : La France prévoit-elle d’accorder des demandes d’asiles ?

G.M : Je ne sais pas du tout mais il faut que ces demandes arrivent. Je crois qu’il était prévu dans le programme de M. Macron que les demandes d’asiles soient accélérées de façon notable, j’espère que ce sera le cas.

Il y en a qui nous mettent des battons dans les roues : l’ambassadeur français à Moscou fait tout pour ne pas valider les visas, il faut systématiquement les envoyer plusieurs fois, il manque soit disant des papiers, il trouve toutes les excuses possibles pour ne pas valider les visas. Ça sent le mec qui est sous menaces. Ce sont des visas humanitaires, des visas d’urgence donc on ne peut pas être dans la procédure et refaire le moindre détails. Il faut aider ce monsieur qui doit être terriblement mal à Moscou.

J.D : Pourquoi les médias sont si silencieux face à cette situation ? Comment les faire réagir ?

G.M : La mobilisation internet. C’est pénible, ce n’est pas ce qui sera le plus rigolo du monde sur Facebook mais il faut tous mettre le ruban noir à l’envers qui est le symbole de toute cette action, tous faire des photos avec écrit « #Kiss4LGBTQrights« , inonder avec des articles sur ce qu’il se passe en Tchétchénie, il faut que personne ne puisse faire l’autruche. Il faut que ça soit aux yeux de tout le monde en permanence.

Pour Jacqueline Sauvage, même ce n’est pas du tout le même enjeu et qu’on n’est pas la pour comparer, on a réussi à faire basculer les choses grâce à un mouvement citoyen.

Est-ce qu’on ne pourrait pas recréer un élan citoyen sur ce sujet ? Si on s’y met tous et que tout le monde clique, qu’on passe de 1 000 à 10 000 et de 10 000 à un million, c’est là qu’on pourra peser. Chaque goutte compte. Imaginons que nous sommes tous des gouttes, nous devons tous sauter dans le verre.

J.D : Vous comptez sur un effet boule de neige ? Si les citoyens se mobilisent sur les réseaux sociaux, les médias en parleront et les politiques réagiront ?

G.M : C’est exactement ça et c’est d’ailleurs le but de notre mouvement. C’est pour cette raison que je crois qu’il faut inonder la toile en permanence.

J.D : D’où l’importance d’avoir des parrains comme Vincent Dedienne et Camille Cottin, ça donne de la visibilité…

G.M : Exactement. Ce sont eux qui nous permettent d’avoir un coup de projecteur. Le statut Facebook que j’ai fait avec leurs deux photos pour annoncer qu’ils nous parrainaient a eu 25 000 partages. Quand je poste quelque chose sans eux, c’est 100 ou 200 likes et 10 partages, ce n’est pas suffisant.
En revanche, quelqu’un qui met : « Hanouna est un connard » c’est un million de partages.

Cyril Hanouna a quand même fait des dons régulièrement au Refuge pendant trois ans, il a déjà trouvé des appartements. Ils se bougent sur ces sujets.
Je n’ai rien contre Laurent Baffie et Thierry Ardisson, j’adore leur émission, mais ils traitent régulièrement tous les invité de PD et personne ne crie au scandale. Je ne sais pas pourquoi certaines choses choquent et d’autres non.
Ça m’énerve, il faut que ce soit la même justice pour tout le monde !

L’acharnement contre Hanouna ne mène à rien. Ça m’énerve qu’on en parle autant alors qu’il y a tellement plus important. Après, je me fais engueuler parce que les gens pensent que je le défends, que je « pactise avec l’ennemi ». Encore hier soir, Cyril me disait qu’il s’entend bien avec Alexandre (Marcel, porte parole de SOS Homophobie, ndlr) et moi et qu’on serait toujours les bienvenus dans son émission pour annoncer des événements ou informer les jeunes contre l’homophobie. Il m’a assuré qu’il y mettrait un point d’honneur vu qu’il est conscient d’avoir déconné avec son canular. C’est le seul qui nous le propose.

Toutes les autres émissions ne font pas un mot sur la Tchétchénie ! Ils ne peuvent pas aller à l’ambassade Russe à Paris pour demander pourquoi il se passe tout ça en Tchétchénie ? Rien que ça, ça ferait un petit truc, un petit buzz. Ils ne veulent pas en parler ! Tout le monde tape sur la gueule d’Hanouna et l’insulte. N’empêche que grâce à lui on a pu parler 20 minutes d’Urgence Tchétchénie dans son émission, grâce à lui on va avoir des dons, des billets d’avion offerts…etc. On va dire qu’il nous achète, peut-être, mais au moins il le fait !

J.D : SOS Homophobie a fait un appel à l’attention des candidats à la présidentielle le 11 avril dernier, leur demandant de s’exprimer sur le sujet. Pourquoi la situation tchétchène a été autant absente des débats ?

G.M : Je ne sais pas. En plus je suis super bien entouré, mon attaché de presse, Vincent Bayol, qui bosse avec moi tous les jours est de ce milieu donc il connait tous les attachés de presse. Il les appelle tous les jours mais je ne sais pas pourquoi ils ne veulent pas en parler.

C’est super facile pour nous d’avoir accès à ce milieu grâce à lui et les gens refusent, tout simplement. Ce n’est même pas qu’on n’arrive pas à les joindre : on nous dit non.


À noter qu’Urgence Tchétchénie organisera un concert de soutien le 19 juin au Palace à Paris. Des artistes seront présents et chanteront gratuitement. La salle ne prendra pas de location, le matériel sera prêté et les ingénieurs son/lumière seront bénévoles. Chaque centime ira à Urgence Tchétchénie et servira la cause tchétchène. Nous vous tiendrons au courant dès la mise en vente des places.

Propos recueillis le 23 mai 2017 par Julien Durovray.
Toute reproduction est interdite sans la mention Demain Lucien.
Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s