Édito #6 : Lettre à 2017

Chère Année 2017,

Je n’ai pas encore eu de tes nouvelles, et tant mieux, car presque chacune de celle avant toi était mauvaise ou destructrice.
Tu vas avoir une année rien que pour toi, 365 jours pour faire ce qu’il te plaira. 525 600 minutes pour faire n’importe quoi, 31 536 000 secondes pour faire et défaire des drames absolus.

Je ne te demande pas la lune, c’est bien trop loin. Juste de la bienveillance, un peu d’amour et beaucoup de bonheur. Tu seras peut-être l’année de trop, toujours celle des « pas assez », ou bien l’année que l’on ne voudra plus jamais quitter.

Alors s’il te plait 2017, ne laisse plus jamais aucun enfant demander à ses aînés comment ils ont pu laisser passer telle chose ou ne même pas la voir. L’humanité est si belle, si grande, si pleine d’espoir ; la laisser se détruire entre tes bras sera difficile à te pardonner. Certains y arriveront, par habitude ou par manque de solutions, mais ils seront de moins en moins.
Ne laisse plus mourir des hommes qui se battent pour leur liberté, ne laissent plus des hommes devoir se battre pour leur liberté, ne laisse plus la liberté être une victoire ou un combat.
Ne laisse plus des gens mourir pour ce qu’ils aiment ou ce qu’ils croient, parce qu’ils s’amusent ou parce qu’ils vivent. Le fait de vivre paisiblement est devenu une chance, le fait de vivre intensément et en sécurité est devenu impossible.

Comme en 2016, et comme avant, j’irais à des concerts, à des expositions, dans des musées, boire des verres, manger avec des amis, je sortirai, je m’amuserai et je recommencerai encore et encore, chaque jour un peu plus que le dernier. Toi, tu pourras écouter des symphonies dans les nuages, avec Bowie, Prince, Léonard Cohen et George Michael. Tu pourras écouter la voix suave d’Alan Rickman, le rire de Michel Galabru et regarder les yeux époustouflants de Michèle Morgan. Puis, tu pourras danser sous la pluie avec Debbie Reynolds et les cœurs du Bataclan. Tu pourras aussi sécher les larmes de tous les enfants d’Alep et d’ailleurs, qui sont maintenant au chaud dans tes nuages. Et comme il te restera un peu de temps, tu pourras même voyager dans les étoiles avec Carrie Fisher.

On va s’amuser, tu sais. Je sais qu’on va bien rigoler avec toi, qu’on va vivre une belle histoire. Tu me feras regretter toutes celles d’avant parce que tu seras belle 2017. Tu pourras être la plus grande de toutes les années, tu pourras être un chapitre d’Histoire qu’on aime très fort et qu’on oublie jamais.

C’est à toi de jouer, c’est à toi de voir. Que feras-tu de tout ce que tu as entre les mains ?

Je compte sur toi.

À très bientôt,

Peter RECHOU.

Dessin : Louise L.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s