Coup de cœur : « Chanson douce », un Goncourt mérité

L’auteur, Leila Slimani, nous raconte l’histoire banale de Myriam et Paul, un jeune couple recherchant une nourrice pour s’occuper à temps plein de leurs deux enfants : Mila et Adam.

Leur choix s’arrête sur une femme d’une quarantaine d’année prénommée Louise. Un personnage qui, au premier abord, nous est décrit comme une femme douce, aimante, une nourrice qualifiée pour leur jeune progéniture.

Très vite, Louise prend une place essentielle ; elle devient vitale dans la cohésion et l’équilibre de la petite famille, elle en devient un membre à part entière.
Au fur et à mesure, elle nous apparaît comme étant une femme mystérieuse, une personne à qui la solitude et la paranoïa nuisent un peu plus chaque jour. Un comportement étrange s’installe dans l’esprit de Louise, menant les personnages principaux à la peur et à un questionnement profond de ces derniers, jusqu’au drame final de l’intrigue.

À travers cet ouvrage, l’auteur nous montre son image de la société actuelle ainsi que la place de la femme au 21ème siècle.
Un roman où flotte un air de folie et de dépendance mêlés à une plume pleine de finesse, de description et de poésie qui, dès les premières pages, nous plongent dans la descente aux enfers des personnages.

Un auteur à suivre de près, de très bons romans restent à venir.
Un livre qui mérite le prix Goncourt 2016 et dont la fin laisse place à l’incertitude et aux doutes, nous laissant l’impression d’une fin inachevée.

Note : 4/5

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s