Portrait : Thomas Pesquet, un français dans l’espace

À 38 ans, Thomas Pesquet est le plus jeune des 6 astronautes du Groupe 3 de l’ESA (Agence spatiale européenne) parti pour la station spatiale internationale, ce jeudi 17 novembre de Baikonour au Kazakhstan. Retour sur le parcours et la mission de ce jeune pilote de ligne devenu astronaute.

Un parcours exemplaire

Titulaire d’un bac scientifique, Thomas Pesquet entre en classe préparatoire maths-sup à Rouen. Après cette formation et n’ayant jamais pris l’avion, il intègre l’Institut supérieur d’aéronautique et de l’espace à Toulouse où il décroche son diplôme en 2001. Il se dirige ensuite vers le Centre National d’Études Spatiales (CNES) en tant qu’ingénieur de recherche. En 2006, il change d’orientation et obtient sa licence de pilote au sein d’Air France (cumulant à ce jour plus de 2000 heures de vol). Bien plus qu’un ingénieur et un pilote, il pratique le parachutisme, la plongée et est aussi ceinture noire de judo.
Petit à petit, il se constitue un profil d’astronaute parfait.

7 ans de préparation

Après une carrière dans l’ingénierie aéronautique puis en tant que pilote de ligne pour Air France, Thomas Pesquet dépose sa candidature en 2008 pour intégrer le Corps Européen des Astronautes. En mai 2009, il est retenu parmi plus de 8000 candidats et devient le 10ème français de l’histoire à aller dans l’espace.
Il entame donc sa formation initiale à Cologne en Allemagne jusqu’en 2010, puis débute son entrainement à la Cité des Étoiles de Moscou où il pilote pour la première fois le vaisseau russe Soyouz (à bord du quel il décollera ce soir). Toujours en Russie, Thomas Pesquet s’entraine à de nombreuses situations physiques « classiques » et d’urgence notamment en Sibérie. Une fois l’entrainement russe terminé, direction le Texas où l’astronaute français se rend cette fois afin de maitriser la gestion de l’air, d’eau, de gaz et des scaphandres dont il sera le responsable durant cette mission. Il se rend ensuite au Japon, où il se familiarise avec le laboratoire spatial. Puis, il retourne à Cologne pour apprendre les gestes pratiques de la médecine en cas de problème à bord de l’ISS (station spatiale internationale). Après ce long entrainement, Thomas Pesquet suit des stages de survie et de préparation au travail d’équipe, indispensables pour une mission de 6 mois dans l’espace.

Après ces 7 ans de préparation, Thomas Pesquet a décollé ce jeudi 16 novembre 2016 à 21h20 (heure française) en tant que copilote du vaisseau Soyouz MS-03 pour un voyage de 48h avant d’atteindre la station spatiale internationale. Il sera accompagné du russe Oleg Novitsky (militaire et pilote) et de Peggy Whitson (première femme ayant effectué le séjour le plus long dans l’espace : 376 jours). À bord de l’ISS, il sera chargé de la réalisation d’expériences scientifiques ainsi que la maintenance de la station spatiale. Le retour sur terre se fera en mai 2017.

Notons que Thomas Pesquet est un véritable exemple de réussite. Dans un monde où les jeunes ne semblent pas avoir leur chance, il nous prouve qu’à force de détermination et de travail, nos rêves sont réalisables.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s