Macron candidat : pourquoi fait-il peur ?

Emmanuel Macron est en marche. Annoncé depuis des mois, le nouveau visage de la politique a officialisé sa candidature ce mercredi 16 novembre, à quelques jours de la primaire de la droite. Très critiqué par la classe politique, il inquiète pourtant à droite comme à gauche.

Quelle place a-t-il à gauche ?

À seulement 37 ans, l’ancien banquier et énarque a déjà un CV bien rempli. Pourtant, son parcours politique est très récent. Sa vie politique débute réellement en 2012 lorsqu’il devient conseiller de François Hollande, puis accélère lorsqu’il accède au poste de Ministre de l’Économie, de l’Industrie et du Numérique en 2014. En 2016, il quitte ses fonctions pour se consacrer à son mouvement En Marche, créé quelques mois plus tôt.
Ce départ est perçu comme une trahison par le gouvernement. Jusqu’au bout, les tensions avec le Président de la République et son Premier Ministre auront été bruyantes. À la suite de l’annonce de son entrée en campagne, Manuel Valls déclare qu’il faut « une expérience qui a été approuvée par le temps » pour gouverner. Benoit Hamon, lui, avait provoqué l’ancien Ministre de Bercy quelques jours plus tôt en désirant se confronter à lui « s’il en a le courage » lors des primaires de la gauche.
De son côté, François Hollande n’a pas souhaité commenter cette annonce.

À droite, Juppé tremble

Alain Juppé, candidat en tête à la primaire de la droite, contre-attaque très violemment à l’annonce de la candidature de Macron. Il qualifie ses idées de « ringardes », pourtant proches des siennes. Nicolas Sarkozy, à la seconde place dans les sondages, remonte aujourd’hui tout comme Français Fillon qui recolle de plus en plus le duo en tête depuis plusieurs semaines.
L’entrée en campagne d’Emmanuel Macron nuit à Juppé. En effet, le Maire de Bordeaux compte sur les centristes pour remporter la primaire de la droite. Ces derniers peuvent désormais décider de rejoindre le fondateur d’En Marche : ses valeurs sociétales de gauche et sa vision de l’économie libérale peuvent plaire à beaucoup d’entre eux.

Les jeunes, cible évidente pour Macron

Alors que le taux d’abstentionnisme est très élevé depuis quelques années et notamment chez les jeunes électeurs, Emmanuel Macron pourrait bien être une solution alternative. En effet, ce nouveau visage atypique de la politique peut rassembler les indécis et ceux qui se disent « dégoûtés » de la politique grâce à son message « ni de gauche, ni de droite ». Le ras-le-bol qu’expriment certains face à la classe politique sera un avantage pour le nouveau candidat.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s